Rechercher

L’avis d’un poteau.


"Il est le tabouret des braves et de ceux qui n’ont pas froid aux fesses"

Froid, fier et droit, il est partout.


Avec lui les enfants font parfois une rencontre frontale, une rencontre brutale qui apprend à nos bambins que le pot de fer est bien plus fort que le pot de terre.

Il est le bâton de vieillesse de nos anciens, un phare dans le chemin de la vie.

Il est le fourbe, qui tend la jambe à celui qui déambule les yeux dans le vague, la tête dans les nuages.

Les bordéliques, les débordés, se servent de lui comme d’une bouée de sauvetage, d’un porte bagages.

Il est le tabouret des braves et de ceux qui n’ont pas froid aux fesses.



"les couleurs qui flottent dans l’espace comme une mouche au dessus d’un filet de maquereau"

Ce n’est pas le héros du quotidien que je photographie mais l’artiste, celui qui cache derrière lui un trésor ! Le bokeh !

Non le bokeh n’est pas un terme de golfeur mais l’ami du photographe, le joli flou qui se situe en arrière plan et qui rend flou les opticiens.

Le bokeh se dévoile aux audacieux. La nuit j'erre à sa recherche sans un modèle à photographier, dans la brume et le vent glacial qui transforme les larmes en givre.

Trouver la lumière, les couleurs qui flottent dans l’espace comme une mouche au dessus d’un filet de maquereau c’est l’apanage du photographe.







Quand le bokeh apparait c’est un moment unique et magique. Le poteau devient un filtre, une fenêtre sur le beau.

Un soir rugueux de janvier, il était là ! Droit et fier ! Beau comme un camion sorti de l’usine.

Il a révélé à nos yeux des beautés insoupçonnées, des lumières invisibles.







J’aime ce poteau… du moins jusqu’au jour où il passera entre mes jambes sans baisser sa petite tête ronde devenant soudain trop familier.

En attendant, levons nos verres à ce poteau qui se dressera devant nous temps qu’il y aura des Hommes pour s’y tenir.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout